Redonnez de la stabilité à votre défonceuse !

Au travers de cet article, je vais vous apporter quelques astuces pour vous aider à redonner de la stabilité à votre défonceuse.

Typiquement, on rencontre des difficultés à stabiliser la défonceuse lorsqu’on va vouloir travailler sur les bords. Par exemple, si l’on veut les arrondir avec une fraise en quart-de-rond.  Lorsqu’on passe au niveau des angles, on va avoir au mieux ¼ de la surface de la semelle qui est en appui. Elle va facilement avoir tendance à basculer et donc créer une irrégularité dans le profil. C’est l’un des cas qui pose problème lorsqu’on débute. 

Quelque temps plus tard, lorsque vous aurez d’avantage de maitrise, vous allez vouloir commencer à faire des assemblages. Dans le cas d’un assemblage par tenon, on se retrouve dans une situation plus embêtante. Vous venez de faire votre usinage et vous vous rendez compte que l’épaisseur est trop importante. Vous vous retrouvez quasiment sans appui lorsque vous êtes au bout du tenon. On a à peine quelques cm d’appui et à coup sûr il va y avoir du mauvais boulot.

Au travers de 3 accessoires, je vous transmets des astuces pour résoudre cette situation. Certains de ces accessoires sont disponibles sur les machines haut de gamme, mais ils peuvent très facilement être adaptés aux défonceuses plus moyenne gamme et la transformer pour gagner en ergonomie et stabilité. 

Premier accessoire : Semelle avec débord

Cet accessoire est prévu sur la défonceuse Festool. C’est une semelle plus épaisse et plus grande avec un débord sur le côté. Elle me permet d’exercer une pression avec ma main gauche et je peux ainsi me déplacer et usiner avec une certaine stabilité. À mon sens, on a un débord qui est pratique, mais qui n’est pas assez grand.

Compte tenu des dimensions et du poids de la machine, elle aurait mérité un débord d’une petite dizaine de cm de plus. Je vais vous proposer un tuto pour fabriquer vous-même ce débord. 

Fabrication maison de la semelle :

On va utiliser une plaque compact, qui est typiquement utilisée pour habiller la façade des immeubles (Fundermax). C’est absolument indestructible. À partir de cette plaque très plate et très rigide, on va pouvoir faire une semelle.

Première étape : On retire la semelle. Il est donc essentiel de choisir une défonceuse avec une semelle amovible. 

Deuxième étape : On immobilise la semelle sur la plaque avec du scotch double face.

À l’aide de la perceuse à colonne, je reproduis les trous pour les vis en m’aidant de la semelle. Une fois les premières marques faites, je retire la semelle et j’agrandis les trous pour qu’ils puissent accueillir les vis. ATTENTION à la symétrie lorsque vous percez face inférieure alors que la défonceuse sera posée de l’autre côté. Ici, j’ai fait l’erreur de ne pas la prendre en compte.

Même si ce sont des vis en 4mm, j’ai fait comme pour la semelle d’origine, j’ai percé en 5mm. Il ne faut pas oublier que c’est le jeu de ces vis qui va me permettre de centrer les bagues à copier.

Troisième étape : Perçage du passage de la fraise. Pour cela, j’ai monté une scie cloche dont la taille est un peu plus grande que le passage d’origine pour la fraise, mais je n’y vois aucun inconvénient. 

Je lime légèrement les bords du trou du passage de la fraise pour les lisser. 

Fabrication d’une poignée « champignon » :

Je vais fabriquer par tournage, une poignée champignon que je fixerai à ma semelle agrandie afin d’avoir un gain d’ergonomie. Ici, j’en façonne deux, car j’en aurai besoin d’une autre pour ma troisième astuce.

Installation sur la défonceuse :

Je visse ma plaque sur la défonceuse et je vérifie que le travail a été bien fait et que tout est centré.

Il est aussi possible de monter une bague à copier sur cette semelle et je teste directement si la bague dépasse encore. 

Finition et fixation de la poignée :

Pour la finition des poignées, je viens limer pour lisser la poignée, puis je découpe la poignée du socle. Je lime la face inférieure afin de l’aplanir.

Ensuite, on perce un trou à la base de la poignée que je viens fixer sur la semelle. 

Conclusion : 

J’ai fait une belle erreur de symétrie. Un comble pour un ex-prof de math. J’ai placé les perçages comme je souhaitais le faire, sauf que je les ai placés en face inférieure et que du coup cela à tout retourner. Je me suis retrouvé avec la poignée côté main droite de la défonceuse à côté de la poignée champignon. J’ai pu rattraper le coup en décalant et tournant la défonceuse. Cependant, je me retrouve avec un décalage et la défonceuse qui déborde sur le côté. L’irrégularité dans l’ouverture de la partie métallique de la semelle fait que pour le moment je ne peux pas garder l’adaptateur et je vais devoir refaire deux trous dans l’autre sens. C’est une erreur à éviter.

À l’utilisation, on peut retravailler un tenon en toute stabilité. Ce serait un usinage infaisable sans cette extension. Avec le réglage micrométrique, on vient descendre, reprendre la surface, et mettre à niveau.

Cependant, cette longue semelle pour la stabilité a un défaut. Elle va prendre du temps à mettre en place et il y a une chance sur deux qu’on ne l’utilise pas. 

Deuxième accessoire : Une roulette ou patin stabilisateur 

Avec la Festool, il est possible d’avoir une toute petite béquille ou patin qui peut venir se fixer dans cette encoche. Cependant, même en ayant tout le set des accessoires, il n’est pas fourni avec. 

J’ai donc réalisé une petite roulette qui me permet de redonner de la stabilité à ma grosse défonceuse. Vous m’avez vu l’utiliser plusieurs fois au travers de différentes vidéos. Ici aussi, c’est un accessoire fabrication « maison ».

Il y a bien longtemps lorsque je fabriquais des petits dosserets pour un plan de travail, j’étais en train d’usiner sur le chant et j’avais également besoin de plonger assez loin en faisant un arrondi. À ce moment, je n’avais aucune stabilité avec ma défonceuse et je me suis donc fabriqué cet accessoire. 

Comment l’ai-je fabriqué : Il s’agit simplement un fer plat dans lequel j’ai fait une série de trous, puis un coup de meuleuse et enfin un passage de lime pour finir. On peut voir encore les marques de perçage. Ce n’est pas un joli usinage dans l’acier car je n’avais pas les outils adaptés à ce travail. 

La partie supérieure avec la roulette est la partie intéressante. Ça pourrait être un simple roulement sauf qu’ici c’est un roulement d’un mécanisme de porte coulissante suspendue. J’avais ça dans ma quincaillerie. L’avantage c’est qu’il y a déjà le système et qu’on a plus qu’à boulonner. Il n’y a pas à trouver les petites rondelles de la dimension intérieure du roulement. 

J’installe cette pièce sur le côté à l’emplacement prévu pour la béquille. La défonceuse doit être bien à plat sur le support final pour avoir la bonne hauteur pour la roulette. Ce qui fait que même en travaillant loin, je garde une stabilité. 

Même si ce système semble génial avec la roue, il y a un gros « mais ». La roue a un inconvénient, elle va diriger. Elle va orienter le déplacement de la défonceuse, ce qui ne sera pas forcément la direction que vous souhaitiez.  Globalement, si vous faites quelque chose qui glisse, par exemple un patin avec une certaine surface et ronde, ce serait mieux. Il ne va pas diriger la trajectoire. 

Avec la roue, il faudra toujours orienter la machine de telle sorte que l’axe de la roue soit orienté dans la direction voulue et permette de plaquer contre le gabarit.

Comment faire ce système sur une défonceuse moyenne gamme ? 

Ce n’est pas si simple, car les semelles ne sont pas forcément adaptées. Par exemple avec cette défonceuse, Bosch pro 1250W, il faudrait mettre le patin au niveau de mon doigt. On remarque vite le problème, il y a le système d’aspiration qui gêne. 

J’ai une astuce pour contrer cela, et qui ne coûte rien. On prend un petit morceau rectangulaire de bois de la même épaisseur. On colle dessus du scotch double face, puis on le colle à la semelle de la défonceuse. 

Le système marche bien, on retrouve une stabilité. De plus, le morceau de bois ne dirige pas le mouvement de la défonceuse, il suit la direction donnée. C’est l’avantage du patin. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est une bonne petite astuce pour être capable de retrouver de la stabilité. 

Petit rappel : Un bon accessoire, un bon gabarit, un bon accessoire de sécurité sont des objets qui vont être faciles à mettre en place et pratique. S’il nous gêne dans nos mouvements, s’il est long à mettre en place, il n’est pas parfait et l’on risque de ne pas l’utiliser.

Troisième accessoire : Poignée sur les barres guides

On va fixer une poignée sur les deux barres des guides. Elle pourra se mettre à gauche ou à droite. Elle sera rapide à installer, on aura juste à la glisser et la serrer aux barres. 

La fabrication :

Pour commencer, il faut mesurer l’entraxe des barres : On prend la distance totale à laquelle on soustrait l’épaisseur des barres. Ici, j’ai un entraxe de 100mm. J’ai marqué cette mesure sur une planche. 

Je vais tracer deux rainures avec une fraise à gorge de diamètre similaire à celui des barres. Ici, elle est de 10mm, ce qui est très légèrement supérieur à celle de mes barres (9,5mm). C’est bien, cela me donnera un peu de jeu.  Cependant, je dois plonger de moins de 9mm pour qu’il y ait de la pression au moment où je viendrais serrer.

J’utilise une barre pour régler ma butée que je descends légèrement pour plonger moins profondément. Je me sers de mon plexiglas pour savoir où positionner exactement ma défonceuse. 

Je vérifie les dimensions à l’aide des barres ainsi que la hauteur par rapport à la semelle de la défonceuse. 

Je découpe ma planche en deux morceaux égaux (un avec les rainures et l’un sans). 

Je fais les finitions de ma poignée que j’avais également précédemment façonnées lorsque je faisais celle pour la semelle agrandie. 

Je perce également un trou dans mes deux planchettes. 

Pour la fixation de ma poignée, je vais utiliser un boulon spécial bois. Il a une empreinte carrée sous la tête bombée. Pas besoin de coller systématiquement à l’époxy vos boulons. Il faut acheter le bon boulon avec sa tête carrée. On l’insère dans la poignée, puis on donne un bon coup de marteau pour bien rentrer le boulon et il ne tournera plus. Dans la planche avec les rainures, je mets un insert fileté dans lequel viendra le boulon de la poignée.

Installation sur la défonceuse :

On emboite notre planchette dans les barres puis on vient placer la deuxième avec la poignée par-dessus et l’on serre. 

Résultat :

On a un accessoire qui s’insère aussi bien à gauche qu’à droite. Ici, j’ai beau avoir 3mm de support avec la semelle, ma défonceuse reste stable. Elle ne bouge pas, maintenue par la main gauche. 

Si jamais vous avez besoin de le passer à droite, rien ne m’empêche de venir fixer ma roulette au niveau de l’accessoire où l’on peut prévoir une petite saignée pour la fixation. On obtient un accessoire/gabarit polyvalent.

Je ne vous cache pas qu’entre le premier gabarit et lui, ce dernier accessoire regroupe à mon sens toutes les qualités d’un bon accessoire. En effet, la première astuce avec la semelle agrandie regroupe quelques défauts comme le fait qu’il faille défaire plusieurs vis pour le mettre en place et la perte d’épaisseur car la semelle est plus épaisse que la semelle d’origine. 

Retrouvez en vidéo ces 3 astuces :

Retrouvez mes formations ici : https://tout-en-bois.com/apprendre-la-menuiserie/

>