Cuisine : 2 projets faciles avec vos chutes de bois

Aujourd’hui, je vous accompagne pour une création bois facile. Une étagère et deux lampes pour compléter la cuisine dont je cherche à améliorer l’esthétique. Depuis deux ans, le prix du bois flambe. Il est grand temps de ne plus mettre au feu nos chutes d’atelier et de les utiliser. J’espère avec cet article, vous donner de l’inspiration pour deux petites créations qui pourront être réalisées avec du bois de récupération ou des chutes que vous n’utilisez pas habituellement.

Pour mes deux réalisations, j’ai sorti des tombants d’un chêne avivé. Lorsque j’ai acheté ce chêne, je savais qu’il était d’une qualité très rustique. Je pense qu’il est mort sur pied, car l’aubier était en mauvais état, il y avait de la piqure, de la fissure… Avec ce type de plateau, il était évident que j’allais avoir 50% de perte. Je vais vous montrer qu’avec un peu d’imagination et si l’on accepte de garder un côté rustique, que l’on peut faire des projets esthétiques et ergonomiques. 

Fabrication de luminaires :

Préparation de la suspension en bois :

Je commence par corroyer mes chutes.

Je viens poser mes deux chutes l’une contre l’autre et je marque l’emplacement des dominos. J’utilise la domino pour l’usinage.

On pose la colle et on insère les dominos dans les trous. J’étale sur toute la surface de la tranche la colle à l’aide d’un pinceau. J’encastre mes deux chutes ensemble et je laisse sécher.

Je passe ma pièce dans la raboteuse. Par la suite, j’enlève l’aubier de chaque côté et lisse la surface de ma chute, avec d’abord la plane puis avec une vastringue. Je garde les formes arrondies, naturelles, du bois. Je finis en sciant l’extrémité.

Préparation des fixations au plafond :

Je découpe trois morceaux de tuyau métallique et je lime les extrémités. Ils me serviront pour accrocher la suspension en bois du luminaire au plafond. 

Pour l’un d’entre eux, je vais usiner un trou en bas afin de pouvoir faire passer le câble électrique. 

Je perce sur la face inférieure trois trous répartis sur la longueur pour faire passer une vis. De l’autre côté, sur la face supérieure, je perce à la défonceuse un trou plus large, de la taille du tuyau. Il ne faudra pas trouer sur toute la profondeur. 

Finitions de la suspension :

Une fois le perçage terminé, je ponce une dernière fois la totalité de ma surface. Je finis en enduisant ma planche d’huile Rubio. 

J’usine des tourillons, dans une chute de la même essence, de la taille du trou que vous avons fait pour la vis. Ils me serviront à camoufler la vis plus tard.

Je mets en place chaque support métallique, ainsi que le passage des câbles électriques des luminaires suspendus. 

Montage dans la cuisine :

La partie dans l’atelier est maintenant finie. Je passe dans ma cuisine. Je fixe ma suspension au plafond en n’oubliant pas de faire passer le câble électrique dans le tuyau métallique. Une fois la suspension fixée, j’insère un tourillon (fait dans une chute de la même essence) dans les trous des vis. Je le découpe le plus près possible avec un ciseau à bois afin qu’il ne dépasse pas. Je passe un petit coup d’huile dessus pour finir.

Voici le résultat final : Avec une chute de bois rustique, j’ai pu faire ce magnifique luminaire. 

Fabrication d’une tablette :

Rabotage de ma chute :

Je prépare mes rabots dans un premier temps. Je passe les différents rabots sur ma planche, en vérifiant régulièrement la planéité.

Une fois la planche rabotée, comme fais précédemment avec la suspension, je m’occupe maintenant de nettoyer et lisser les tranches à l’aide de le plane et d’une wastringue. Je garde les formes arrondies de ma planche.

Dimensionnement de ma tablette :

Je marque l’emplacement où je devrais placer ma tablette. A l’aide d’une simple rondelle, je rapporte la forme exacte du mur sur la morceau de contre-plaqué qui me servira de gabarit.

Dans cette étape, je prépare le dimensionnement de ma planche à l’emplacement désiré. Je vais placer temporairement deux morceaux de bois de chaque côté qui serviront de support.

Je place différentes languettes de contre-plaqué qui vont me permettre de dimensionner l’espacement et d’ajuster ma tablette. Je reporte la forme sur ma planche.

Je découpe les extrémités de ma planche en suivant mon tracé.

J’ai un petit décalage avec mon trait. Pour être au plus juste, je fixe une planche de contre-plaqué, qui me servira de guide pour ma fraise à affleurer puis j’usine.

J’usine les encoches sur les extrémités de ma planche. Je vérifierai que les tasseaux de bois qui serviront de support sont aux bonnes dimensions de l’encoche. 

Finitions de ma tablette :

Pour la finition, comme j’ai de grandes chances d’avoir des tâches, je vais procéder en plusieurs étapes. J’applique dans un premier temps le produit pour les tanins. Logique, c’est du chêne et je veux qu’il soit protégé donc je bloque les tanins avec le produit de la marque Rubio. Je laisse sécher. Puis, j’égraine légèrement la surface.

Dernière phase de la finition, j’applique l’huile Rubio mélangée avec le produit Accélérateur. Ce n’est pas réellement un produit qui accélère, mais qui va rendre la finition plus pérenne dans le temps.

Pose de la tablette dans la cuisine : 

Je fixe de chaque côté mon tasseau et je viens encastrer ma tablette dessus.

Résultat final de mes réalisations avec simplement des chutes de bois. Le rendu est beau et ma cuisine est maintenant super bien éclairée.

J’espère que ces réalisations très simples, même si on aurait pu faire encore plus simple avec une simple ponceuse à bois, vont vous donner envie d’aller faire des copeaux. 

Retrouvez ces deux réalisations en vidéo ici :

Articles liés

Echiquier : un arbre, un père, un fils, une histoire

Il y a 70 ans mon père a sculpté ce jeu d’échecs. Il y a 45 ans, il plantait un arbre, plus exactement, un noyer. Il y a 3 ans, je ramenais dans mes bagages quelques planches tirées de ce noyer, parti trop tôt comme mon papa. Aujourd’hui, c’est le moment d’écrire la conclusion de cette histoire en fabriquant le plateau d’échec et de lui rendre hommage.

La table de cuisine style “Live edge”

Dans cet article vous présente les techniques et la construction d’une table de style “Live edge”. Ici, nous allons conserver cette esthétique, en d’autres termes je vais garder les bords bruts de gros plateau de bois. Cependant, on ne va pas inclure de l’époxy au milieu, mais du mohabi.

>