Scie circulaire : Un rail maison, simple et précis pour couper droit !

Couverture scie circulaire rail

Je vous propose de réaliser un rail maison pour la scie circulaire. Il vous permettra de gagner en efficacité et précision ! Il peut également s’utiliser avec le petit gabarit en Plexiglas que vous connaissez bien. 

Il y a quelque temps je vous avais présenté ce petit gabarit en plexiglas qui permet de savoir à quel endroit travaille la scie circulaire. Retrouvez ici l’article qui explique sa fabrication et son utilisation. 

Lorsque j’avais posté cette vidéo, j’ai eu beaucoup de retours sur le fait qu’il était possible de faire un rail qui transforme une scie circulaire classique en une scie circulaire plongeante. Alors oui, il est possible de faire un rail, mais il ne fera pas la même chose que ce gabarit en plexiglas. 

Le fonctionnement d’un rail de scie circulaire :

J’utilise ici un rail Bosch qui est compatible avec les marques Bosch et Mafell. 

J’ai également déjà utilisé un autre rail qui regroupe de nombreuses marques de scie circulaire (Makita, Festool, Triton, etc..). Pour moi, le rail Bosch a un énorme avantage. Il a deux glissières de fixation, une à l’arrière et une à l’avant. Si je glisse un serre-joint (glissières avant), je peux avoir une pièce de 3cm de large et elle va être pincée.

Pour le rail arrière qui est globalement présent sur les autres marques, il va falloir que la pièce fasse au moins 14cm pour être fixée. Si l’on a une pièce étroite et seulement un rail arrière, il faudrait la caler avec plusieurs cales. C’est pourquoi le rail avant est avantageux, mais il est difficile à reproduire pour un rail fabrication « maison ». 

Le rail Bosch est également plus compact, moins d’épaisseur et moins large, ce qui peut être considéré comme un avantage. Mais l’inconvénient de ce rail compact, c’est qu’il faut une tête de serre-joint très particulière qui ne peut servir qu’à ça. Pour les rails des autres marques qui sont plus gros, on va pouvoir utiliser les serre-joints classiques qui peuvent également passer dans les trous de l’établi. 

Autre avantage du côté de la scie : si vous retirez la bande de plastique (au niveau de mon doigt), votre scie Bosch peut être utilisée sur un rail d’une autre marque, elle a une double compatibilité. 

Pourquoi est-ce qu’on a besoin d’un rail maison pour scie circulaire : 

  • Soit on a une scie qui ne plonge pas. C’est bien pratique d’avoir un système de guidage qui va nous permettre de guider notre machine pour couper.
  • Soit on a déjà une scie plongeante et on a besoin de plus de longueur. Les petits rails ne sont pas donnés et c’est parfois pratique d’avoir un rail de 2m50 qui va nous permettre de déligner en un seul passage des panneaux de contre-plaqué. Dans ces conditions, on va pouvoir réutiliser le système natif de la scie plongeante pour refaire un rail. 

Comment reproduire un guidage lorsqu’on a qu’une scie circulaire non plongeante : 

Je vais reprendre mon système avec le fameux plexiglas (présenté au début de l’article). On va chercher à faire un guidage pour le côté gauche de la semelle et on va venir glisser dessus. 

On veut savoir en même temps où on coupe et en même temps faire un pare-éclat. Comme pour le rail Bosch, où le bord en caoutchouc est coupé lors de la première utilisation. Ce qui fait que le bois qui est à gauche de la lame est protégé et il ne peut pas se relever donc cela fait pare-éclat.

Explications du dimensionnement des éléments : 

Il va falloir baisser votre scie complètement, c’est important parce qu’en baissant complètement vous allez avoir un petit dégagement. Il va donner l’épaisseur maximale de contre-plaqué ou morceau de bois qui va servir de guidage. 

Il va également falloir mesurer le porte-à-faux du moteur sur la partie gauche de la semelle. Il faut que la pièce de contre-plaqué soit plus large sinon on ne pourra pas mettre de système de fixation.

Je plaque ma lame contre le contre-plaqué qui servira de support, je mets une petite marge entre la semelle et le contre-plaqué qui servira de guidage. C’est important que le CP qui servira de support soit plus large et qu’il soit recoupé très précisément lors de la première coupe. Il est également obligatoire que le contre-plaqué (guide) soit parfaitement rectiligne. Il ne faut pas partir sur une base qui ne soit pas droite. 

Pour l’instant, on a deux pièces de contre-plaqué qui serviront de guidage et de support. Ça se complique si je désire avoir un rail de guidage avec des rainures en T, il va falloir que je travaille avec des CP dont l’épaisseur est importante pour pouvoir fixer et je vais perdre en capacité de plongée. La plupart du temps je vais avoir des rails devant correspondre à ce type de serre-joint. 

Ce qui explique que les rails Festool (étant donné qu’on a besoin d’une grosse rainure) ont le système de fixation qui est décalé pour ne pas avoir un profil trop important sous la semelle de la machine afin de ne pas perdre en capacité de plongée. Avec un rail fabrication « maison » on va se retrouver bloqué. Je vous propose pour éviter d’avoir quelque chose d’épais, c’est de se contenter d’un réseau de trou (diamètre 20) le long du contre-plaqué de guidage tous les 5 ou 6cm. Mais il ne faudra pas oublier de prendre en compte la longueur du porte-à-faux du moteur. Ici, il fait 7cm, je décalerais mes trous de 8cm du bord.

La fabrication du rail pour scie circulaire :

Dans un premier temps, je viens fixer avec un peu de colle mes deux pièces de contre-plaqué. Je viens ensuite faire mes trous de 20mm. Une première réalisation simple, mais le rail n’est toujours pas prêt, comme pour ceux du commerce, le pare-éclat est trop long. Ici, j’ai entre 1cm et 1,5 cm qui va devoir être recoupé précisément au moment de la première coupe. 

Je viens immobiliser le rail. Je ferais une coupe sur une petite profondeur correspondant à l’épaisseur du rail.  

Maintenant, le bord du contre-plaqué représente la ligne sur laquelle je vais couper. 

Mise en pratique :

On veut faire une coupe sur une ligne en considérant que l’on veut garder la partie à sa gauche. Je trace un trait. Je pose mon rail sur la ligne, si je la vois je la coupe si je ne la vois pas, elle ne sera pas coupée. Lorsqu’on a une scie circulaire à capot basculant, il faut venir au début du rail et glisser pour provoquer l’ouverture du capot. On place la scie plaquée et proche du bord de la planche à couper, mais pas en contact. Il ne faut pas être en contact avec la planche lorsqu’on démarre la scie, car c’est lorsque la machine sans élan rentre en contact avec le bois que se créent les phénomènes de rejet. 

Attention : Avec un rail classique, où l’on a une glissière, la scie va être bien maintenue. Avec un rail maison, on n’a pas cette glissière, donc si moi je dévie vers la droite ou si ma scie mal affutée a tendance à dévier vers la droite aussi, on aura un mauvais résultat. 

On a une coupe qui est nette et qui n’a pas d’éclats malgré une vieille lame.

Ce gabarit peut être adapté à n’importe quelle scie circulaire. Il y a deux points sur ce rail et son utilisation que j’aimerais vous détailler également. 

La difficulté à garder la scie circulaire plaquée contre le rail :

Je sais que certains d’entre vous vont surement rencontrer des difficultés à garder la scie bien plaquée contre le rail. Voici deux pistes que je vous propose pour essayer de régler ce problème. 

  • Votre lame n’a pas été affutée depuis un moment et elle est sale ? Il faudra surement la démonter, la nettoyer et l’envoyer chez un affuteur. Puis vous refaites un essai. 
  • Autre piste, souvent les machines sont construites avec des standards de qualité qui ne sont pas compatibles avec le bon boulot. C’est le parallélisme entre le plan de la lame et le bord de coupe.  Ça se mesure facilement en prenant deux mesures aux deux extrémités de la lame, attention à ne pas appuyer sur la lame. 

Par exemple sur ma lame, j’ai deux dixièmes de plus à l’arrière qu’à l’avant. J’ai une lame qui est très légèrement déviée et je ne me suis pas rendu compte de ce problème. Cette configuration est la moins gênante, car l’avant de ma lame coupe au ras du guide et l’arrière est légèrement écarté. Donc elle ne risque pas de créer des éclats sur l’arrière de la coupe, mais elle va en créer sur la chute, ça peut être embêtant. Le décalage de la scie fait qu’elle va naturellement se rapprocher du guide. 

Si au contraire vous avez un décalage inverse, vous allez avoir tendance à vous éloigner du guide. De plus à l’avant la partie qui coupe est légèrement éloignée du rail et vous n’avez plus de pare-éclats ou il fonctionne moins bien. 

Corriger le parallélisme : vous pouvez prendre de l’abrasif et une cale à poncer. Il faudra reprendre la forme de la semelle (à gauche). Souvent, on a deux ou trois dixièmes et cela peut se reprendre ainsi. Ou si vous avez une scie avec une grosse capacité de plongée, vous pouvez venir fixer un plexiglas bien rigide de 3 ou 4mm d’épaisseur sous la semelle et qui lui va être plus facile à travailler sur le bord. 

Souvent, même avec des machines haut de gamme, on retrouve des problèmes de parallélisme. 

Le rail ne remplace pas le gabarit en plexiglas : 

Si je veux garder la partie à gauche de ma planche, je vais utiliser mon rail.

Si la pièce que je veux faire est du côté tombant, le rail n’est pas pratique. Typiquement si je veux faire un tasseau ce qui m’intéresse c’est la chute. Il n’est pas possible de placer le rail de l’autre côté, car il sera difficile de le fixer correctement. Je vais devoir reporter la largeur de mon tasseau, mais aussi prendre en compte l’épaisseur de la lame. On va devoir mesurer pour placer correctement la scie. Le plexiglas a été fait pour éviter les mesures, il permet de visualiser l’épaisseur de la lame. Je viens le placer sur le trait puis je positionne le rail. 

Lorsqu’on pose la scie circulaire sur le rail, une petite partie de la semelle est dans le vide, on aura donc un peu moins de stabilité. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’on travaille avec de l’angle. La machine a un centre de gravité qui se décale vers la droite et la stabilité est encore plus diminuée avec le rail.  

Avec de l’angle si l’on travaille complètement à plat, sans le rail, on retrouve la stabilité, car il n’y a plus une partie de la semelle dans le vide. Dans ce cas-là, on utilisera le gabarit en plexiglas.

L’un ne remplace pas l’autre, ces deux systèmes adaptés aux scies circulaires non plongeantes ont tous les deux leur rôle et leur complémentarité. 

Retrouvez les détails en vidéo :

Retrouvez mes formations ici : https://tout-en-bois.com/apprendre-la-menuiserie/

>