Organiser son atelier et choisir ses machines.

Comment organiser son atelier, comment choisir ses machines… tous les passionnés qui ont décidé de s’investir pour progresser en menuiserie se sont posé ces questions. Je n’ai pas la prétention d’y apporter une réponse complète, mais plus de vous donner les outils pour entamer votre propre réflexion. Télécharger le fichier Sketchup et commencer dès à présent l’aménagement de votre atelier!

 

N’oubliez pas d’expliquer dans les commentaires quelles sont vos contraintes spécifiques et comment vous les avez résolues.

 

L’atelier minimaliste:

Quand on a un petit budget et peu de place, il faut aller à l’essentiel. Je ne serai catégorique qu’une seule fois au cours de ces lignes, c’est à propos de la première machine lourde à faire rentrer dans l’atelier. Sans aucune hésitation je parlerai de la dégauchisseuse raboteuse. C’est LA machine qui va vous permettre de diversifier votre approvisionnement et donc de réduire grandement le coût de la matière première. Ensuite, les choses sont plus discutables, mais si vous avez peu de place, j’opterais pour une VRAIE scie à ruban. Voici une organisation possible.

L’atelier en couloir:

 

Dès 20-25m² on peut envisager de s’équiper avec des machines lourdes couvrant les 4 opérations: dégau; rabot; scie et toupie.

La machine combinée 4 opérations est économique par rapport à plusieurs machines. Elle a aussi la réputation d’être économique en place dans l’atelier… Mais ceci n’est pas forcément exact!

En effet, il faut prendre en compte l’encombrement de la machine mais aussi celle de l’opérateur qui va l’utiliser, quand on va organiser son atelier. Or dans le cas d’une machine combinée, il faut pouvoir lui tourner autour… Elle est donc souvent un mauvais choix dès que l’atelier est long, mais peu large!

Voici alors l’organisation qui retiendrait mon attention: Une scie/toupie et une dégau/rabot séparées: les espaces de travail des deux machines sont mutualisés!

Cette organisation a également un avantage de poids, elle permet de tirer la quintessence de vos machines en exploitant toutes leurs capacités.

Noter que dans le cas d’un atelier encore plus long il pourrait aussi être envisageable d’aligner les machines sur le même côté de mur. Mais alors les espaces de travail ne seraient plus mutualisés.

L’atelier avec une machine combinée:

 

Vous l’aurez compris, pour tirer pleinement parti d’une machine stationnaire il est important que votre atelier ait une bonne largeur.

Il est possible de tourner la machine selon l’opération en cours, cependant pour l’avoir fait durant plusieurs années dans mon premier atelier de 25 m², c’est fastidieux et selon l’état de surface de votre dalle de béton , la précision de votre machine en pâtira.

Pour un atelier de 5 m par 6 m voilà l’organisation que je retiendrais.

Je suis très loin d’être exostif, chaque atelier est unique, mais j’espère vous avoir donné quelques pistes pour réfléchir à l’organisation de votre atelier.

  • Bonjour à tous,
    Il y a aussi les implantations en “arrête de poisson”, souvent utilisées dans les anciens ateliers mécaniques. Ici, la combinée placée sur une diagonale du petit atelier permettrait des longueurs de bois nettement plus importantes. Bien sûr, tout est question de compromis et de préférences.
    Personnellement, ce qui me prend le plus la tête: c’est la gestion des aspirations sur chaque machine. Je déteste les tuyaux d’aspiration qui gênent un peu partout et je dois pourtant avoir une aspiration efficace vu l’environnement de ma zone “bois” (et ma santé). Le classique circuit centralisateur au plafond, en plus d’être coûteux à réaliser, consomme pas mal d’énergie. Eh oui, il faut un sacré débit d’air et donc une bonne dépression pour faire MONTER les copeaux et compenser des fuites et les pertes de charges dans toutes les bifurcations de tuyauteries. La consommation électrique de l’aspiration devient vite plus importante que celle des machines elles-même alors qu’on transporte des copeaux TRES LEGERS !!! Pour mes machines à plus gros débit, j’ai pu adapter un caniveau (dans le sol) où je fais passer tous mes circuits techniques: électricité, pneumatique et aspiration. Les aspirateurs sont ainsi en dehors de la zone de travail. Le seul inconvénient est de devoir aligner les machines sur le caniveau mais ça s’est plutôt bien organisé dans mon cas et ça fonctionne très bien depuis quelques années. Je trouve cet aspect d’autant plus important à bien gérer quand on est dans un espace lié à la zone habitée du bâtiment. Sans parler du bruit de ces aspirateurs.
    Merci à Samuel pour ce gros partage d’expérience avec ses formations claires et sympathiques. Ca m’aide bien à trier mes idées de projets BOIS pour ma pension prochaine.
    Bonne continuation et au plaisir.
    Pol.

  • >