Géobiologue : le sourcier du XXIe siècle

Avec ce déménagement, je cherchais à me reconnecter à la nature et à me sentir bien dans ce nouveau lieu. Il y a longtemps, les anciens savaient ressentir et comprendre leur environnement pour implanter une maison, mais aussi pour choisir où planter leurs arbres. Il était naturel de faire appel au géobiologue, à l’époque on les nommait sourciers … De nos jours, nous sommes nombreux à avoir perdu cette faculté de ressentir ce qui est bon pour nous, mais nous pouvons toujours faire appel à un géobiologue pour qu’il utilise son art afin que nos maisons, nos vergers … soient des lieux harmonieux où il fait bon vivre.

Aujourd’hui, on ne va pas parler de menuiserie, mais du bois vivant, du bois en devenir. Dans le cas d’une implantation de verger, les différents rayonnements qui nous viennent de la terre vont influencer la croissance de l’arbre. Pourquoi lorsqu’on se balade en forêt, on peut tomber sur un arbre magnifique, immense avec un port qui est majestueux, alors que 10m à côté on a un arbre fétiche, tordu pourtant dans le même sol. 

Je souhaite me faire un verger sur l’une de mes parcelles. Dans cette quête de bon vivre et d’harmonie, j’ai envie de bien l’implanter. J’ai donc fait appel à une personne qui a ce talent, ce ressenti, mon frère ainé, Guillaume Mamias, qui est géobiologue. 

Mon frère a toujours été un passionné de la Terre. Il a commencé par un véritable attrait pour les sous-sols de notre belle planète en tant que Géologue puis il a cherché à aller vers le domaine du ressenti, d’être plus en connexion avec la nature. La géobiologie est l’étude de l’ensemble des influences de la terre et de l’environnement sur le vivant, comprenant les végétaux, les animaux et les humains. Elle s’appuie sur plusieurs disciplines telles que la géologie, la biologie, la physique, la chimie et la spiritualité. Son but est de préserver la santé.

Le géobiologue c’est un peu le sourcier du XXIe siècle. Il considère que notre environnement influence la vie en général, nous, les humains, mais aussi tous les êtres vivants dont les arbres. L’arbre, ne pouvant se mouvoir, est totalement tributaire des énergies qui émanent du sous-sol. Il se développera différemment en fonction de s’il se trouve dans une zone propice à la vie ou non. 

Dans le cas d’une faille (une cassure dans la roche) en fonction de la géologie, elle peut véhiculer des rayonnements ionisants ou gamma par exemple. En Bretagne, il y a énormément de granite. Dans le granite, il y a de l’uranium. La roche présente donc une certaine radioactivité. Cette radioactivité pour atteindre la surface va passer par des chemins préférentiels comme des failles. Ainsi, un arbre qui pousse au droit d’une faille va avoir du mal à se développer. Il pourrait pousser de manière oblique ou perdre leur écorce ou encore développer des formes de tumeur (loupes). L’arbre étant fixe il sera fortement impacté par ces éléments. 

Quand il se consacre à l’humain et à sa maison, le géobiologue va s’attacher aux pièces où l’on passe du temps, typiquement la chambre et le lit. Dans la zone de nuit, où l’on va passer entre 6 à 8h (voire plus) statique, on va être beaucoup plus sensible aux énergies qui émanent du sous-sol. Ce qui est moins le cas dans une cuisine ou jardin où il n’y sera pas statique pendant des heures. Voilà pourquoi cela nous est tous arrivé de nous dire : qu’est-ce qu’on dort bien ici ou inversement.    

Pour revenir au verger, mon frère va étudier ma parcelle pour trouver les zones les plus propices pour planter les arbres. Le géobiologue utilise des baguettes coudées.

Ce qui ressort de cette expertise : 

Sur ce terrain, il y a deux lignes hyper intéressantes qui ressortent. Tout en haut de la propriété, il y a de magnifiques chênes et de l’autre côté (en diagonale) en contre bas il y a un tilleul monumental. Entre ces deux arbres singuliers se forme une ligne propice pour planter les arbres. Je retrouve également un deuxième axe propice qui croise le premier. 

On a pu identifier deux lignes qui seront intéressantes pour planter mes arbres. Cependant, elles vont apporter quelques complications, car elles ne sont pas perpendiculaires aux lignes de niveau. L’utilisation de la mini pelle et du tracteur pour faire les trous va être plus complexe, mais non impossible si je les implante orienté comme le préconise cette sensibilité. 

Je me considère encore comme un citadin et j’ai perdu cette sensibilité à sentir les influences de la nature, mais je souhaiterais y remédier. On est capable de l’apprendre. 

Si vous êtes intéressé par cette thématique, si vous voulez mieux comprendre la géobiologie ou prendre contact avec Guillaume pour une expertise ou un cours de détection sensible voici :

>