Comment trouver une machine à bois d’occasion ?

Avec mon déménagement, je me suis installé un atelier provisoire (4m par 5m). Il me faut donc une petite machine à bois combinée pour reprendre la menuiserie et mon activité. Je vous propose de découvrir à travers l’achat de ce combiné d’occasion, les différents points à vérifier pour acheter ce type de machine et être certain de se faire plaisir dès son installation. Quelles sont les erreurs à ne pas faire pour s’équiper en occasion ?

Petit retour en arrière pour moi, cette machine que je viens d’acheter est la même que la première combinée que je m’étais acheté. Elle m’a coûté 3300€.

Être capable de s’installer dans un atelier qui mesure 4m par 5m et sortir de jolis projets est une problématique rencontrée par bon nombre de passionnés du bois, voulant s’équiper d’une machine combinée. La place qu’elle prendra sera aussi un critère à prendre en compte.

Je vous partage la feuille de route que j’ai utilisé pour cet achat et j’espère qu’elle vous sera également utile pour vous faire plaisir avec ce type de machine.

Le budget : 

La première chose à faire est de se fixer un budget. Je m’étais fixé 3000€, je l’ai légèrement dépassé. 

Renseignement sur les machines : 

J’ai un avantage d’avoir eu cette machine il y a 15ans, donc je connais ses qualités, ses défauts et je n’ai pas eu à chercher de références.

Ssur Leboncoin, vous pouvez faire une recherche avec votre budget, votre localisation et des mots clés comme : combinée, combinée bois, machine combinée bois, etc. Vous aurez quelques machines disponibles. Si vous ne connaissez pas les avis et caractéristiques, rapprochez-vous de groupes Facebook, forums,… et posez la question sur les avantages et défauts. Vous obtiendrez des réponses et pourrez plus facilement faire votre choix. 

Une fois que ces premières étapes sont faites, on va s’intéresser plus particulièrement à la machine. Il y a des critères à vérifier qui sont extrêmement importants, tout ce qui touche à la fiabilité et à la sécurité. 

Fiabilité : 

Pour ce qui est de la fiabilité, je me suis tourné vers une machine rustique. Elle est en fonte et avant d’user de la fonte, il faut en passer du bois. De plus, la machine est réglable donc on va pouvoir contourner ses petits défauts. On est plus serein! 

J’ai également un chariot coulissant. Même s’il coulisse à une certaine distance et que cela créé des inconvénients, je vais quand même pouvoir bien travailler et pouvoir réaliser des tenons.

On retrouve beaucoup de machines fabriquées au début des années 2000, de mauvaise qualité, faite avec de la tôle. Elles ne sont certes pas chères, mais à mon avis elles ne vous satisferont pas. 

Visite de la machine : 

Il est essentiel que lorsque vous allez voir la machine, elle soit en état de fonctionner. Si cela fait des années qu’elle ne fonctionne plus et qu’on ne peut pas la brancher, il y a de bonnes chances qu’elle n’ait jamais bien fonctionné. C’est un peu comme l’histoire du rabot, le meilleur rabot est celui qui a des traces d’usures, c’est celui qui a les doigts du menuisier imprimé dans la poignée. On est certain que c’est un rabot qui a été très utilisé et qu’il était de bonne qualité. L’idéal c’est d’avoir une machine où vous sentez qu’elle a été utilisée.

Sur la machine que j’ai est une 6 opérations : Dégau, rabot, scie, toupie en mode profilage, toupie en mode tenonage et la mortaiseuse. 

Une fois que l’on connait les opérations disponibles et que la machine semble avoir du potentiel, il faut vérifier si elle est complète. 

La check-list des différents éléments : 

check liste combiné occasion 1

Pour vérifier que la dégau soit bien réglée, je passe un bois sur la dégau et je vais vérifier qu’il plaque bien la règle de maçon/guide. Mieux je vérifie que mes deux bois puissent se plaquer l’un contre l’autre. 

Pour la toupie :

Pour l’arbre de toupie : La plupart des toupies professionnelles ont des arbres en 50mm. Celles amateurs ont des arbres en 30mm. Il vaut mieux éviter ceux en 20mm, car il y a peu d’outils adaptés. 

Précisions sur le guide toupie + presseurs : 

Vous devez avoir un presseur vertical et horizontal. On a le capot qui est fermé sur le dessus, un réglage micrométrique des joues. On peut venir vérifier si les deux joues sont bien alignées à l’aide du guide.

Ce sont de petits détails qui vont nous permettre de travailler de manière agréable à la toupie. 

La sécurité électrique : 

Sur l’électricité, il peut être intéressant de faire de petits travaux électriques. J’ai ajouté un petit coffret en 380, car la machine fonctionne en 380. Beaucoup de personnes refusent de faire installer le 380 dans leur atelier en pensant que cela va être compliqué ou qu’EDF va refuser. Au final, cela se fait très bien et sans problème. On se retrouve à avoir accès à des machines à bois où il y a beaucoup moins de concurrence sur le marché de l’occasion. Il est possible de faire de meilleures affaires. 

Après la vérification de tous ces points, vous allez avoir une machine qui même si elle n’est plus aux normes de 2021, va vous permettre de travailler en toute sécurité. 

Pour ce qui est de notre sécurité et de notre santé, une machine comme celle-ci ne fonctionne pas aussi bien, voire pas du tout, si vous n’avez pas d’aspirateur. Je vous conseille vivement de prendre des machines qui sont vendues avec un aspirateur ou de pensez à en prendre un en plus. 

Quelques images en fonctionnement : 

Il est difficile d’être complet sur ce sujet, il existe 1000 machines, 1000 circonstances, 1000 accessoires qui font que chaque situation sera différente. Rappelez-vous que si la machine a été beaucoup utilisée, c’est que c’était une bonne machine, de plus si la référence a bonne réputation, que vous avez pu la voir en fonctionnement et que vous pouvez cocher toutes les cases des check-lists, vous avez de grandes chances de vous faire plaisir.

Retrouvez ce contenu en vidéo ici :

Articles liés

Echiquier : un arbre, un père, un fils, une histoire

Il y a 70 ans mon père a sculpté ce jeu d’échecs. Il y a 45 ans, il plantait un arbre, plus exactement, un noyer. Il y a 3 ans, je ramenais dans mes bagages quelques planches tirées de ce noyer, parti trop tôt comme mon papa. Aujourd’hui, c’est le moment d’écrire la conclusion de cette histoire en fabriquant le plateau d’échec et de lui rendre hommage.

>